[vc_row][vc_column][vc_column_text]apprenons 2
Buzet-sur-Baïse
Lot-et-Garonne
Arrondissement :Nérac
Canton: Lavardac
Communauté de communes du Val d’Albret
Maire : Jean-Louis Molinié (2014-2020)

Mairie : 1 place de la Résistance

47160 Buzet-sur-Baïse

Horaires d’ouverture

Du Lundi au Mercredi : de 08h00 à 17h00 ; Le Jeudi : de 08h00 à 13h00; Le Vendredi : de 08h00 à 17h00

Téléphone :+33 5 53 84 74 19

Télécopie :+33 5 53 79 49 15

Site web :http://www.buzet-sur-baise.fr/public/
100px-Blason_ville_fr_Buzet-sur-Baïse_(Lot-et-Garonne).svg
BUZET-SUR-BAISE MAIRIEBuzet-sur-Baïse (Busèth en gascon) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Aquitaine). La commune se situe sur la rive gauche de la Garonne à 4 kilomètres de la confluence de la Baïse avec le fleuve, au cœur de la moyenne Garonne, région géographique du bassin aquitain définie par le géographe Pierre Deffontaines. La commune (2115 hectares) s’étend sur trois terroirs : la terrasse (où se trouve le village), le coteau (qui surplombe la terrasse à l’ouest et qui est soit boisé, soit planté de vignes) et la “plaine” (la vallée inondable de la Baïse et de la Garonne), à l’est.

 

Buzet-sur-Baïse se situe au croisement de plusieurs micro-régions géographiques : la vallée de la Garonne, l’extrémité nord des collines de 1973129599_small_1Gascogne et l’extrémité est de la forêt des Landes. Le terroir de la terrasse et du coteau est particulièrement propice à la culture de la vigne alors que les terres de la vallée sont occupées par des cultures defruits et légumes et de céréales (maïs).

Le climat est du type océanique aquitain : doux et humide avec une tendance méditerranéenne l’été.201405221609-full

Histoire
Le site de Buzet a été occupé depuis la période préhistorique. À l’époque romaine des villae (exploitations agricoles) étaient réparties sur la terrasse.Au Moyen Âge, un bourg s’est développé autour du château, sur l’éperon rocheux qui domine la vallée du ruisseau de Bénac et la vallée de la Baïse. Il y avait vraisemblablement plusieurs châtelains (des co-seigneurs) qui possédaient chacun un bâtiment : pour l’un il reste la tour dans le parc du château actuel et pour l’autre un château à l’origine de type « gascon » qui correspond au corps de logis situé entre les deux tours du xve siècle. À la fin du Moyen Âge, il n’y avait plus qu’un seul seigneur qui a modernisé le château en lui ajoutant les deux tours puis une autre tour-escalier sur la façade sud et au xviiie siècle deux ailes aujourd’hui disparues. Ce sont les familles Flamarens, Beaumont puis Noailles qui jusqu’en 1929 ont occupé le château de Buzet (actuellement propriété privée). Vraisemblablement à partir de la fin des guerres de religion, le petit hameau de vignerons situé au bord du ruisseau de Bénac (ruisseau de la Paix) s’est développé. Le bourg de Lagravère est progressivement devenu plus peuplé que le bourg du haut qui fut abandonné entre 1830 et 1860. Les châtelains ont d’ailleurs racheté toutes les maisons qui restaient ainsi que l’ancien hôtel de ville et l’église paroissiale pour créer un superbe parc paysager.

Les Buzéquais ont donc développé Lagravère en y bâtissant un nouvel hôtel de ville (1838), un presbytère (1858) et une église (terminée en 1858 et consacrée en 1862). C’est donc un village-rue aux maisons assez simples datant pour la plupart du xixe siècle. Le creusement du canal latéral à la Garonne(inauguré en 1856) a quelque peu modifié le paysage de Buzet mais a surtout permis le développement des activités commerciales déjà importantes grâce à la Baïse.

L’activité principale a toujours été l’agriculture et en particulier la viticulture ce dont attestent les documents d’archives ainsi que la carte de Belleyme (fin du xviiie siècle). Il y avait également une intense activité de minoterie dans les différents moulins du ruisseau de Bénac mais surtout dans l’imposant moulin de la Baïse (qui appartenait à l’origine aux comtes de Flamarens). Au lendemain de la guerre de 1914-1918, il fut transformé en usine de crayons par des industriels belges (usine « Franbel ») et cette activité fit connaître Buzet dans toute la France durant l’entre-deux-guerres et jusque dans les années cinquante. Au début des années 1960, l’activité cessa et le bâtiment fut transformé en cellulose qui n’entra jamais en production. Depuis le site est laissé à l’abandon sauf pour une activité marginale de production d’électricité. Il existe quelques jolis manoirs sur le territoire de la commune comme celui du Genthieu, sur la route de Damazan ou de Gache sur le coteau. Mais la puissance et la richesse des seigneurs de Buzet a, jusqu’au xxe siècle, écarté toute concurrence ! Buzet est désormais connu dans le monde entier grâce à la Cave des Vignerons qui a vu le jour dans les années cinquante grâce à la volonté d’une poignée de viticulteurs ayant voulu s’affranchir de la tutelle des négociants. C’est une réussite autant qualitative que commerciale, au-delà des espérances de ses créateurs.

Buzet est devenue Buzet-sur-Baïse en 1921.

Buzet-sur-Baïse dans la guerre
Comme vient de l’établir Jean-Pierre Koscielniak (dans son étude Les barbelés oubliés… Le camp de Buzet-sur-Baïse, Le Passage, MRLG, 2015), un camp, dénommé Centre de séjour surveillé pour indésirables, fut érigé en bordure du canal de juillet 1940 à février 1941. Il accueille des “prohitlériens”, des défaitistes, des pacifistes mais surtout des communistes visés par le décret Daladier de novembre 1939. Parmi eux, d’anciens et futurs députés mais aussi le maire de Malakoff (Léon Piginnier), celui de Vitry-sur-Seine (Charles Rigaud) et plusieurs conseillers municipaux de Meaux. Les conditions de vie sont spartiates. A la fermeture de la structure, les internés sont évacués en Haute-Vienne (camp de Saint-Germain-les-Belles). Le 22 juin1944, les SS du régiment Deutschland stationnés à Aiguillon (Lot-et-Garonne) et qui avait un cantonnement au château de Buzet exécutaient six patriotes, comme le rapporte Jacques Brissaud dans son ouvrage Crimes de Guerre en Agenais2. Les SS ont également tué cinq autres personnes entre le 22 juin et le 13 juillet. En avril, ils avaient arrêté trois membres d’une famille d’agriculteurs et leur employé, soupçonnés d’aider la résistance ; le fils fut tué en tentant de s’échapper (il a sauté dans la Garonne lors du transfert et fut mitraillé puis retrouvé noyé) et les trois autres disparurent en déportation.


67376170

 La Baïse

De la confluence avec la Garonne jusqu’à Flaran, 65 km de rivière sauvage au pays de l’Armagnac et du bon roi Henri IV ! Point de départ : Buzet-sur-Baïse, carrefour fluvial à la jonction du canal de Garonne et de la Baïse. Le parcours sinueux de la Baïse vous mènera à la bastide fortifié de Vianne puis au moulin des Tours à Barbaste. Ensuite, vous ferez escale à Nérac, le plus élégant port de toute la vallée. De là, vous pourrez emprunter le Train Touristique de l’Albret pour rejoindre la cité médiévale de Mézin. Vous accosterez enfin à Moncrabeau, à la découverte du circuit des menteurs.

La base de tourisme fluvial à Buzet

http--cdt47.media.tourinsoft.eu-upload-Port-de-Buzet-sur-Baise-1-850-650Buzet-capitainerie Ancrée à Buzet-sur-Baïse, au cœur du Sud-Ouest de la France,Aquitaine Navigation vous accueille tous les jours de début avril à fin octobre pour vos vacances fluviales à bord de l’un de nos bateaux ou péniches de location.Ce loueur familial indépendant et sa sympathique équipe met à votre disposition depuis plus de 25 ans un grand nombre de bateaux et de péniches très confortables, parfaitement équipés, et à louer sans permis bateau pour une croisière fluviale authentique.La base d’Aquitaine Navigation est située au carrefour stratégique de 3 voies navigables du Sud-Ouest :

  • le Canal de Garonne, prolongement du Canal du Midi, calme et ombragé, qui traverse l’Aquitaine
  • la Baïse, rivière sinueuse et sauvage, qui pénètre en Gascogne sur 65 km,
  • le Lot-Aquitaine, fleuve superbe et majestueux, accessible par la Garonne,qui rejoint le Quercy sur 75 km.

Chaque croisière fluviale est différente et vous permet de découvrir l’Aquitaine sous un autre angle.

Vous serez reçu dans le cadre verdoyant et naturel du Port de Buzet – Val d’Albret, doté d’installations modernes et accueillantes.

Un embarquement agréable garanti !

 


Revue de Presse[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Congrès de la fédération départementale de la pêche

À l'issue du congrès, les récompenses ont été attribuées pour bons et loyaux services pour la protection du milieu aquatique./Photos G.H.

Samedi 2 avril, salle polyvalente, dès 9 heures, de nombreux administrateurs et responsables étaient réunis. Le président départemental et maire de Buzet, Jean-Louis Molinié, a passé la parole au secrétaire départemental, Jean-Pierre Coste, qui faisait une revue détaillée de la saison écoulée, rappelant le travail du conseil d’administration ; faisant l’éloge du personnel et de sa directrice Ghislaine Avinent. Le trésorier, Alain Guillaumie, a présenté le bilan de l’année 2015 ; bilan contrasté de part une diminution du nombre de pêcheurs (en partie compensée par l’augmentation du prix de la carte) et une diminution de la vente de poissons. Il a présenté le budget prévisionnel 2016. Les vérificateurs aux comptes Michel Sarrus et Jean-François Leriche ont donné quitus au trésorier. Le président, Jean-Louis Molinié a remercié Matthias Fekl, ministre du Commerce extérieur et des Français de l’étranger, et Raymond Girardi représentant Pierre Camani, président du conseil départemental, de leur présence. Il a dressé le tableau de la situation actuelle, érosion de 3,13 % des effectifs, généralisation du dispositif de vente des cartes par internet, rapports entre la pêche-loisir et le tourisme, subventions diverses. Il a évoqué la pisciculture fédérale et le pôle d’initiatives pêche nature de Bruch, le bon fonctionnement de la maison de la pêche du Passage et le projet d’une création à Penne-d’Agenais.

Transmission à la jeunesse

D’un ordre plus général, les conditions climatiques nouvelles, la raréfaction de l’eau sur les petits cours d’eau l’été sont préoccupants. La propagation des cormorans, la raréfaction de l’alose et de l’anguille sont sujets d’inquiétudes et s’inscrivent dans une démarche coordonnée de restauration écologique. Raymond Girardi a rappelé les contacts étroits entre la fédération et le conseil départemental, évoqué le dynamisme de l’équipe fédérale et souligné le rôle d’utilité publique pour la protection du milieu aquatique. Matthias Fekl a remercié les participants de leurs actions en faveur de l’écologie, a mis en avant Tarik Laouani, nouveau conseiller régional, pêcheur à ses heures, chargé de la question sur le terrain. Il a félicité la fédération pour la transmission à la jeunesse.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

La bibliothèque se diversifie

Elus et responsables se sont retrouvés pour mettre en place de nouveaux statuts./ Photo DDM

Ce lundi 14 mars,les adhérents étaient invités à assister à une assemblée générale extraordinaire par la présidente Chantal Garez. En présence du maire, Jean-Louis Molinié, de l’ensemble du conseil d’administration, il a été fait lecture d’un projet de statuts permettant à l’association d’élargir le cercle de ses activités. Actuellement, les activités bibliothèques sont jumelées avec des ateliers créatifs pour enfants, une section de langue anglaise auquel s’ajoutera vraisemblablement la généalogie proposée par Georges Longueville. Il a été procédé à divers ajustements des statuts après lecture et discussions. Discussions qui ont également porté sur la répartition financière et sur l’usage des livres périmés ou tachés. Les votes ont entériné à l’unanimité les nouveaux statuts, le maintien du bureau actuel et l’étoffement du nombre des membres du CA. Une adhérente a proposé d’apporter son concours au soutien scolaire en anglais dans le cadre des PAR.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Des affaires courantes au dernier conseil municipal

Société
Une étude lancée pour l'aménagement d'une partie de la mairie.

Lors de sa dernière séance, le conseil municipal a abordé plusieurs dossiers.

Nouveau cimetière. Les aménagements ont été confiés à l’entreprise Julien Nicoletto pour un montant de 78 768€ HT. Un deuxième columbarium sera installé dans le cimetière actuel.

Patrimoine. Le conseil municipal décide à l’unanimité d’adhérer à la Fondation du patrimoine qui peut faciliter l’obtention de subventions pour la réhabilitation de bâtiments publics.

Tourisme. Le conseil décide également d’adhérer à Entente-Baïse, organisme chargé de la promotion des villages bordant la rivière de son embouchure sur tout le parcours navigable jusque dans le Gers. Une somme forfaitaire de 3 000 € est octroyée (vote avec une abstention).

Personnel. En conformité avec la loi de 2015 concernant le personnel territorial et après explications des nécessités, le conseil municipal autorise le maire à recruter deux agents contractuels dans le cadre des emplois avenir.

Travaux à venir. Tennis : reprise d’un court et réfection globale de l’autre à inscrire au budget 2016 pour 7 000€ environs ; assainissement collectif : dans la zone du ruisseau de la paix, 18 mètres linéaires de conduite sont à refaire pour une somme de 13 500 €. Le conseil mandate le maire pour lancer une étude sur l’aménagement des dessous de la mairie dans l’intention d’y transférer une annexe de la maison de santé en création à Damazan, de la bibliothèque, du relais d’assistance maternelle et éventuellement de la banque postale communale. Didier Chazallon présente le travail effectué par la commission agricole et les aménagements paysagers à venir. Les résultats provisoires du recensement donnent 1296 habitants dans la commune soit 5 habitants de moins qu’en 2011.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Investiture du conseil municipal des enfants

Belle photo de famille./ Photo DDM G.H.

Dernièrement, pendant l’heure consacrée aux TAP, les enseignants, le personnel communal et les élèves de l’école René-Dupouy se sont rassemblé salle de jeux des maternelles. La remise officielle des écharpes et diplômes a Léa Plata, maire ; Carméla Jouet, Eliot Sanchez, Ema Certat- Sanchez, Alexix Bousquet, les adjoints (es) et les félicitations aux autres élus : Mathis Bianchin, Clélia Gazeau, Nino Lopez et Anaël Varin. Les nouveaux élus ont tour à tour pris la parole et présenté les diverses commissions : création de commerces, restauration du réseau routier, éco-citoyenneté, animations et lien social. Jean-Louis Molinié, maire de Buzet, accompagné d’une partie des membres du conseil municipal, ayant souligné la portée de cette élection comme un acte citoyen a ensuite félicité et remis les écharpes et diplômes sous les vivats des élèves.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Les anciens du village à table

 
Jean- Louis Molinié pendant son allocution.

Ce jeudi vers midi, plus de 120 convives se sont retrouvés salle polyvalente. Pour ce traditionnel repas de Noël offert par la municipalité, les invités d’honneur étaient Michel Masset et Valérie Tonin, conseillers départementaux. Jean-Louis Molinié, maire de Buzet, a prononcé les mots de bienvenue et souhaité à tous de bonnes fêtes. Il avait également une pensée pour les malades et les absents. Les conseillers municipaux ont assuré le service de l’apéritif avant que le service impeccable du traiteur Zago offre un repas succulent. Charly Music a animé le repas par ses instruments, trompette ou accordéon en chantant des standards de l’époque.

.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

La Gaule buzéquaise en assemblée

 
 La Gaule buzéquaise en assemblée

Premier bilan de la saison 2015 et renouvellement du conseil d’administration pour cinq ans. Bilan financier, situation des effectifs étaient au programme de la séance. Le trésorier sortant, Didier Chazallon, a présenté le bilan financier provisoire qui dégage un solde positif. Le président sortant, Jean-Louis Molinié, a ensuite dressé le bilan des effectifs qui sont en progression : en 2015, on a dénombré 26 pêcheurs de plus qu’en 2014, soit 211 au total, dont 137 membres dits «actifs», c’est-à-dire les détenteurs d’une carte annuelle âgés de plus de 12 ans (les autres adhérents sont soit des jeunes de moins de 12 ans, soit des détenteurs de cartes journalières ou hebdomadaires). Le nouveau conseil d’administration a désigné les membres du bureau : Jean-Louis Molinié (président), Didier Chazallon (trésorier), Francis Dupouy (vice-président), Laurent Vidale (secrétaire), Jean-François Duprat (trésorier adjoint), Guillaume Duprat (secrétaire adjoint). Le président a poursuivi la réunion avec quelques points d’information sur la prochaine saison : les tarifs des cartes de pêche 2015 seront reconduits en 2016 mais il y aura une nouveauté dans la distribution, en effet, les cartes pourront être prises par internet (www.cartedepeche.fr). Les dates des lâchers seront déterminées au cours d’une réunion début 2016.

.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]Bibliothèque municipale

 
 Atelier créatif des enfants.

Réunis en assemblée générale le 9 novembre vers 18h, en présence de Jean-Louis Molinié, maire du village, les bénévoles de la bibliothèque ont entendu le rapport moral présenté par Chantal Garez, présidente et le compte-rendu financier présenté par Monique Giraudon, secrétaire. Les comptes sont légèrement excédentaires. Actuellement 34 adultes et 32 enfants sont abonnés ; augmentation sensible du nombre. L’adhésion est fixée à 12 € par famille. L’ouverture vers d’autres activités que la lecture ont permis la création d’ateliers à thèmes (ateliers créatifs enfants et conversation anglaise). Les projets sont nombreux : deuxième tranche de travaux d’embellissement et achat d’étagères, chaises enfants. Accès internet (box) et sécurisation de la cour d’accès. Il est rappelé que pour les ateliers enfants (à partir de 6 ans) l’inscription est obligatoire. Il est envisagé une soirée contes par an et la formation à la lecture contée. La diffusion de livres en libre-service par la création de cabanes à livres par les enfants pendant les temps de TAP. Le souhait est aussi la création par les livres et jeux d’activités intergénérationnelles. Les nouvelles activités nécessitent un changement de statuts et de mode de fonctionnement, l’association restant sous la tutelle de la mairie.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

11-Novembre dans la ferveur

 

La « Marseillaise » des CM et CM2.

Pour le 97e anniversaire de la «Grande Guerre», il a été noté une forte participation de la population. Le périple qui a conduit les porte-drapeaux d’Ambrus Buzet-sur-Baïse en passant par Caubeyres, Saint-Pierre-de-Buzet, Damazan s’est fait sous le brouillard. Les conseillers départementaux du canton de Lavardac ainsi que leurs remplaçants ont été de toutes les cérémonies. À Caubeyres et Damazan les enfants des écoles ont partagé les dépôts de fleurs et la lecture du discours du ministre des Anciens Combattants et Victimes de guerre. À Buzet, le maire Jean-Louis Molinié a rappelé le sacrifice de quatorze Buzéquais tombés en 1915 et Guy Hospital a lu l’avant-dernière lettre de Rieul Diduan tombé à Hans. Sous la férule de Florence Schramm, les enfants de CM1- CM2 ont chanté a cappella «La Marseillaise».

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

La condition des femmes pendant la Grande Guerre

 
 Alain Paraillous développe le sujet.

Vendredi 6 novembre, salle des mariages, vers 18h30, que de monde. Il faut dire que notre auteur local Alain Paraillous répondant à l’invitation de Chantal Garez, présidente de la bibliothèque, par sa faconde a enthousiasmé le public. Jean-Louis Molinié, maire de Buzet, après les présentations d’usage, a assuré la technique du rétroprojecteur. Pendant plus d’une heure, à partir de la saga familiale, il a évoqué ses ancêtres, soldats de la «Der des ders» et le travail des épouses à l’arrière. De son grand-père Roger Carrère, ambulancier à Verdun, en passant par Alcide Nugues et en évoquant Pierre, Rieul Diduan, mort pour la France le 12 octobre 1915 des suites de blessures de guerre. Dans cette France rurale qui comprenait plus de 80 % de paysans, dès la mobilisation massive du 4 août 1914, les femmes ont dû assumer le rôle de chef de famille auquel elles n’étaient pas préparées. Après l’hécatombe des premiers mois de la guerre, nombre d’entre elles sont devenues veuves avec une aide financière dérisoire de l’État. Les chevaux et le bétail étant réquisitionnés pour le front, il fallut improviser. La correspondance avec le Poilu était essentielle d’une part pour le moral du combattant mais aussi par les conseils donnés pour la survie de l’exploitation agricole. Rieul Diduan, cité plus avant, était soutien de famille, il a écrit 79 lettres à sa mère dont la teneur est toujours en rapport avec la vigne que sa mère exploitait. Autres situations en ville où, de l’entretien des routes à la marche des tramways en passant par la direction des écoles ou la marche des corps de sapeurs-pompiers, sont passés aux mains des femmes. Dans les usines d’armement, les poudreries, la fabrication des masques à gaz, elles ont tout assuré. De nombreuses infirmières se sont dévouées auprès des blessés et mourants. Des Anglaises, des Américaines sont venues apporter leur aide bénévolement. Marie Curie avec ses équipes d’ambulancières a apporté la radiologie au plus près du front. L’exposition nationale sur la Grande Guerre présentée dans la semaine, enrichie de documents de la bibliothèque de Damazan et de souvenirs personnels de Marguerite Duprat, ont préparé l’intervention d’Alain Paraillous.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Les relais du halage XXL

 
 Le haka des écoles.

L’ énorme rassemblement des élèves de 27 écoles du secteur a eu lieu avant les vacances. Plus de 1450 enfants ont participé à la manifestation. Sous l’égide de DSDEN 47 et USEP 47, les enseignants organisent chaque année, le long de la voie verte des parcours pédestres convergeant vers le lieu de rassemblement, le matin. En fonction des âges et des possibilités des enfants, les distances à parcourir ont de 1 à 4 km. La salle des sports de Buzet était choisie pour le repas. En début d’après-midi, les chants repris en commun ont précédé le monumental haka qui ouvrait les affrontements d’équipes au rugby ou autres jeux pour les plus petits.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Port de Buzet : Un cru 2015 aussi savoureux que les vendanges !

 
 Un magnifique soleil a accompagné la dernière journée de navigation sur la Baïse en cette saison 2015./Photo DDM - Ch.C..

Un vrai panorama de carte postale. En ce dernier samedi du mois d’octobre, le port de Buzet-sur-Baïse s’offre une journée printanière en plein cœur de l’automne. Un soleil radieux, un ciel bleu, des promeneurs en bras de chemise, une multitude de bateaux accostés le long des quais et quelques plaisanciers à s’affairer sur leurs embarcations. Seules, quelques feuilles tombées dans le canal sont les témoins de cette période pré-hivernale. Le port de Buzet-sur-Baïse va retrouver toute sa quiétude. A partir d’aujourd’hui, la navigation est interdite sur la Baïse. Comme tous les ans à pareille époque et ce jusqu’au 1er avril. «On ne peut plus passer les écluses. D’ailleurs, il y a des boîtiers électroniques qu’ils démontent pour éviter tous risques notamment lors d’inondations», explique Xavier Garez, capitaine du port. Si quelques bateaux restent accostés pour la saison hivernale, toutes les embarcations quittent le cours d’eau sur toute sa longueur. Cette année, le prince Henri, à Nérac, ne rejoindra pas son port d’attache hivernal à Buzet profitant de cette période pour une cure de rajeunissement. Pour le canal, les conditions de navigation sont tout autres. «C’est un Canal ouvert toute l’année. Le chomage (N.D.L.R : c’est l’entretien qu’ils réalisent sur le canal) se déroule sur deux mois, généralement janvier et février», poursuit-il. Dès lors, en dehors de ces périodes, les plaisanciers peuvent naviguer. «Mais il est nécessaire de faire une demande la veille pour le franchissement des écluses», précise-t-il.

Une hausse de 10 % des locations

Pour cette année 2015, le bilan est plutôt bon pour la capitainerie de Buzet. «C’est une année moyen plus. On a bénéficié notamment d’un meilleur été», avance Xavier Garez.

2014 avait connu un été pluvieux contrairement à cette année où les deux mois ont connu certains épisodes caniculaires. «En tourisme c’est comme les vendanges, le cru sera meilleur cette année», sourit-il. Même si les passages ont été «moins nombreux sur la Baïse que sur le canal» – en raison du départ d’une compagnie basée à Condom et qui a rejoint Castelsarassin – la fréquentation a été au rendez-vous. «On enregistre une hausse de 10 % de nos locations en plus de notre flotte composée d’une vingtaine de bateaux», souligne-t-il. Ce qui permettra à l’entreprise de réaliser un chiffre d’affaires «légèrement supérieur à celui de l’an passé» (NDLR : environ dans les 600 000 €). Ce dernier n’a pas connu une hausse comparable car la capitainerie est soumise à une «concurrence importante de part et d’autre et doit s’adapter à ces tarifs». De plus, elle a été soumise à des problèmes inhérents à sa bonne volonté (lire notre encadré). Inter : Un entretien hivernal Si les saisonniers ont quitté la «maison» après le rush estival, les permanents (dont trois techniciens attachés à la maintenance de la flotte) sont encore sur le pont. Et cette période hivernale sera consacrée à l’entretien des bateaux. «On va les sortir un par un et regarder ce qu’il se passe en dessous. C’est l’occasion de tout regarder et de réparer ce qui en a besoin», explique le capitaine. Un grand nettoyage printanier, dans un second temps, s’effectue à l’intérieur des cabines avant le lancement de la nouvelle saison. Cette équipe peut intervenir aussi sur des embarcations privées à la demande de leurs propriétaires. Tout cela dans la quiétude hivernale pour que la saison 2016 démarre sur les meilleurs flots, le 1er avril prochain. Et ce ne sera pas un poisson !

navigation

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Conseil municipal

Le conseil s’est réuni il y a quelques jours sous la présidence de Jean-Louis Molinié, maire. Les points suivants ont été abordés :

Motion de soutien à l’action de l’AMF pour alerter solennellement les pouvoirs publics sur les conséquences de la baisse massive des dotations de l’Etat. Souhait de la révision du programme triennal de baisse des dotations ; demande l’amélioration des modalités de remboursement de la TVA acquittée, la récupération des frais de gestion perçus par l’Etat sur le produit de la collecte des impôts locaux, l’arrêt immédiat des transferts de charges ; la création d’un fonds territorial d’équipement.

Ecole. Afin de valider le dispositif mis en place pour les temps d’activités périscolaires (TAP) pour l’année scolaire 2015-2016, il confie la gestion du service à l’IFAC de Gascogne Guyenne et valide la signature d’une convention de prestation de service avec l’AOC Buzet Basket pour la mise en œuvre d’activités périscolaires pour les niveaux de primaire ; remercie la CCVA pour la mise à disposition gratuite d’un bus le mercredi midi afin de transporter les enfants au centre de loisirs de Damazan.

Syndicat intercommunal des eaux (SIE). Le conseil municipal prend acte de la présentation du rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d’eau potable pour l’année 2014 présenté par le président du SIE de Damazan-Buzet et approuvé en comité syndical du 29 juin 2015.

Personnel. En raison du recrutement d’un agent au secrétariat de mairie à la suite d’un départ en retraite, le conseil municipal décide de supprimer le poste vacant d’adjoint administratif principal de 1re classe à compter du 1er novembre 2015.

Le conseil municipal manifeste son intérêt pour l’élaboration du PLU de la commune de Feugarolles et souhaite être consulté sur les documents produits au cours de la procédure.

Un point est fait sur l’évolution des intercommunalités dans le cadre de la loi NOTRe. Une étude sera menée pour savoir, à l’horizon 2020, quel sera le choix : rester sur la communauté de communes du Val d’Albret ou rejoindre une des deux autres communautés voisines.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

145 exposants ont participé à la XXXIe Foire d’automne

 145 exposants ont participé à la XXXIe Foire d'automne

Organisée par Pierrette Jouet et son équipe du syndicat d’initiative, ce dimanche, la foire eut un succès de chalands. Pas moins de 145 exposants inscrits dont beaucoup de particuliers ont participé au vide-greniers. Des stands de victuailles et herbes aromatiques ont apporté leur contribution à la réussite.

En revanche, peu de brocanteurs semi-professionnels, donc moins de choix pour découvrir l’objet rare ou la trouvaille géniale. Il faut dire que le temps n’était pas de la partie, bon nombre d’exposants ont plié bagage dès le début de l’après-midi.

Félicitations aux organisateurs pour le contrôle de la foire et le dégagement des axes routiers.

.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Oh happy day !

 
 Oh happy day !

Plus d’une centaine de personnes se pressaient dans l’église de Saint-Pierre, samedi 19 septembre en soirée. L’événement préparé par Corinne Bidon et son équipe des quatre saisons depuis de longs mois avait enfin lieu. Le Happy Gospel Singers fort d’une cinquantaine de choristes a enflammé le public pendant tout le concert. Un public exalté a également mimé debout un chant d’esclaves au travail. Le chef de chœur Benoît Rottier nous a fait découvrir (ou redécouvrir) les standards du genre tel «Old man river», «Jéricho», «Oh wen the saints» intercalés par des chants africains : «Alléluia malgache», «Kumbaya my lord» ; ballades irlandaises, amazing grace ou chants italiens. Deux heures d’un beau spectacle. Alternance des choristes, groupe de femmes, groupe d’hommes et instruments divers. Annick Passel, présidente du groupe qui évolue au sein de l’atelier de chant choral de Villeneuve-sur-Lot, recherche toujours des voix (surtout d’hommes). contacts annickhgs@gmail.com ou écrire à l’atelier. Répétitions tous les vendredis au centre culturel. «Oh happy day» terminait en apothéose le concert et les artistes ont fait une haie d’honneur à la sortie de l’église.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

SORCIÈRES ET FANTASMAGORIES

Sorcières et fantasmagories

La bibliothèque municipale de Buzet propose une exposition sur les sorcières adaptée aux enfants jusqu’au 15 octobre. Des origines de la sorcellerie, de l’attitude des sorcières, de leur aspect physique (pustules), de leur nourriture (sauce toile d’araignée), de ses compagnons (chat noir, chouettes, chauve-souris ou corbeau), des sorts qu’elles jetaient. À l’approche Halloween, le 31 octobre, quoi de mieux pour se mettre en situation de conjurer le sort ? Chantal Garez, présidente, rappelle que le premier atelier créatif aura lieu le samedi 3 octobre. La bibliothèque est ouverte le mardi après-midi de 14h à 18h et le samedi matin de 10h à 12h.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Du bel canto au village

 
Du vaudeville chanté.

Dernièrement, la compagnie des «Deux Croches rondes» est venue présenter son spectacle d’opérettes. Devant un public conquis, les airs en duos ou trios se sont succédé à un rythme endiablé.Le fil conducteur de cette première partie théâtrale était l’amour contrarié. «Nuit d’amour», «A vos ordres» ou «Cahin-caha», il y eut ballet avec des balais et les voix de Sarah Loch, Laura Marin et Arnaud Mascaret.La deuxième partie consacrée à Offenbach fut quelque peu écourtée car la chaleur excessive dans la salle faisait fuir quelques spectateurs. On remarquera, avant le final, Sarah chantant du modern jazz accompagnée par Charlotte, toutes deux fort applaudies.

Jean-Louis Molinisme, maire de Buzet, remerciait la troupe et le metteur en scène ainsi que les accessoiristes en leur offrant à chacun une bouteille de Buzet, tout en rappelant que le spectacle était offert par la communauté des communes du val d’Albret.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]Les dossiers du conseil

Publié le 26/07/2015

Le conseil s’est réuni en séance ordinaire. Ont été débattu :

Création d’un service intercommunal d’instruction du droit des sols (convention avec la CCVA et la commune de Nérac). A compter du 1er juillet 2015, les services de l’État n’assument plus l’instruction des dossiers. La communauté de communes du Val d’Albret (CCVA) crée un service commun à l’ensemble des communes de l’intercommunalité et a procédé au recrutement d’un agent.

Un particulier de la commune interpelle le conseil sur l’extension du chemin rural de Séguelongue (CR n°8) qui traverse ses terrains. Le conseil municipal donne son accord de principe au déplacement de l’extension du chemin rural de Séguelongue (CR n°8) par aliénation du chemin rural existant et par création d’un nouveau chemin à condition que les différentes procédures nécessaires permettent la réalisation de cette opération.

Convention pour la prestation chômage.

Toute collectivité publique doit verser des allocations chômage à ses agents involontairement privés d’emploi dans les mêmes conditions que les salariés du privé. le conseil municipal décide d’adhérer au service «prestation chômage» du Centre de gestion du Lot-et-Garonne.

Tarifs temps d’activités périscolaires (TAP). le bilan financier des TAP pour l’année scolaire 2014-2015 est le suivant : coût du service 7 243,74 € (3 906,40 € pour le partenariat avec l’IFAC, 1 326,10 € pour le partenariat avec l’AOC Buzet Basket et 2 011,24 € d’achat de matériel) pour 5 400 € de recettes (fonds d’amorçage versé par l’État), soit un reste à charge de 1 843,74 €. Il précise que la CCVA met à disposition, gratuitement, un bus le mercredi midi qui transporte les enfants de l’école de Buzet à l’accueil de loisirs sans hébergement de Damazan. Sur proposition du maire, le conseil municipal maintient les temps d’activités périscolaires à titre gratuit pour l’année scolaire 2015-2016.

Le conseil municipal ajoute la consommation électrique de l’éclairage public à sa candidature au marché d’électricité proposé par le groupement de commandes du SDEE 47 pour «l’achat d’énergies, de fournitures et de services en matière d’efficacité et d’exploitation énergique».
La Dépêche du Midi[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

La longue table buzéquaise

 Une salle bien remplie.

Samedi 15 août, vers 19 heures, de nombreux habitants et vacanciers ont répondu à l’invitation du comité des fêtes. Le temps incertain a contraint les agapes à avoir lieu dans la salle polyvalente. Ambiance joyeuse et décontractée pendant le repas servi par les jeunes du comité. Un écran géant permettait la retransmission du match de rugby Angleterre- France et nos amis anglais présents n’ont pas manqué de nous chambrer un peu. À charge de revanche samedi prochain. Merci pour cette longue table où ceux qui avaient oublié de réserver ont eu quelques déboires. À l’année prochaine.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Mairie de Buzet sur Baïse