logo pages

Les coordonnées

Association Vis Comica
Mme Hélène PHILIPPON, présidente
10, rue Ledru Rollin – 47000 AGEN

06 20 33 21 43

viscomica.agen@gmail.com
Facebook Vis Comica

logo vis comica
Présentation et buts de l’association

Cette association d’économie culturelle a pour objet la production de spectacles vivants ; elle choisit et monte les spectacles, coordonne les moyens humains, financiers, techniques et artistiques nécessaires et en assume la responsabilité.

Actions de l’association

Production de spectacles vivants, théâtre professionnel.

Revue de presse

La rue, scène géante pour des farces d’un autre temps

La troupe se déplacera dans les rues d'Agen au fil de ses prestations./Photo Vis Comica
La troupe se déplacera dans les rues d’Agen au fil de ses prestations./Photo Vis Comica

Samedi 30 juillet, la troupe de théâtre Vis Comica se produira dans les rues d’Agen, pour y interpréter un style théâtral d’une autre époque : la farce médiévale.

Quatre coins d’Agen, et quatre farces, et ce à partir de 20 heures, place des Jacobins, tel sera le programme du samedi 30 juillet, pour la troupe Vis Comica. Au fil des rues et des places, trois comédiens, Vincent Davoux, Aymric Faure et Lorenzo Tedone, accompagnés et mis en scène par Fred Waller, vont ainsi redonner vie à un style théâtral quelque peu oublié dans l’imaginaire collectif, la farce médiévale. D’abord place des Jacobins, ils partiront ensuite du côté de la rue Chaudordy, puis se retrouveront à la place de Poids-de-la-Ville, pour finir par la place de la Cathédrale, vers 21 h 30, dans un seul but, partager un moment de plaisir avec les Agenais. «Aujourd’hui, beaucoup sont d’accord pour dire que le théâtre s’est éloigné des rues, et que c’est maintenant une activité élitiste. La farce est là pour le démystifier», explique Fred Waller. Rallumer le gène du spectateur, tel est son but, et celui de ceux qui vont interpréter ces petites saynètes.

Il faut que ce soit court… et gras

Comme le dit Fred Waller, jouer dans la rue, c’est extrêmement compliqué. En effet, à l’inverse du théâtre, où les spectateurs se rendent dans l’optique d’y voir une représentation, les farces se déroulent dans la rue, et les comédiens qui les jouent se doivent d’attirer eux-mêmes leur audience. Au fil des années, presque des siècles, les comédiens de la farce ont ainsi rivalisé de stratagèmes pour attirer leur monde. Les calembours se doivent ainsi d’être courts, droits, et concis. «La farce, c’est brut de décoffrage, il n’y a pas beaucoup à réfléchir, et ce n’est pas très long». Et ce style fait son effet. Au fur et à mesure des sketches, et au fur et à mesure que les lieux sont investis, le groupe des spectateurs gonfle. «On commence avec une vingtaine ou une trentaine de passants, et on finit avec le double, voire plus encore».

La troupe vous donne donc rendez-vous dans ces bouts de ville, samedi 30 juillet, pour redonner vie à la farce, et ramener la comédie sur une scène qu’elle n’avait jamais vraiment quittée.