apprenons 1

Les coordonnées

POURCEL Laurent

33 bis impasse du Dr Delmas

47000 Agen

05 53 47 33 10 ou 06 98 01 33 11

tabd@yahoo.fr

site internet

apprenons 1

Présentation

Le Théâtre Au Bout des Doigts est une association loi 1901, située à Agen et dont l’objet est de pratiquer, diffuser, enseigner la création artistique dans les secteurs sociaux, éducatifs, culturels ou autres, qu’ils soient publics ou privés. Nous vous accueillons tout au long de l’année avec une programmation riche, diversifiée, entre théâtre et musique, créations originales, auteurs classiques et contemporains. Le Théâtre Au Bout des Doigts est doté de la salle Flora Tristan, écrin de ces manifestations. Le Théâtre au Bout des Doigts travaille également avec les enfants et les adolescents au sein d’ateliers durant l’année scolaire, qui aboutissent à une création suivie de représentations publiques. des stages ont lieu durant les vacances scolaires.

Le théâtre au bout des doigts est une structure de création théâtrale et musicale un lieu de formation à ces arts ainsi qu’à la marionnette. Ces activités sont orientées jeune et tout public dans la salle Flora Tristan qui accueille par ailleurs des concerts.

En avril 1994, Joelle FERRER créait la compagnie « Théâtre Au Bout des doigts » et est nommée présidente. Par la suite,  Sylvie Laurent Pourcel en devient la responsable artistique. Après avoir été éducatrice de jeunes enfants, Sylvie s’est consacrée au théâtre et plus particulièrement au théâtre pour enfants. Au mois d’octobre 1994, Sylvie Laurent Pourcel entrait à l’Académie théâtrale de Pierre Debauche et Françoise Danell. En 2001 elle s’inscrit aux rencontres internationales  en Haute Corse : ARIA de Robin Renucci. Passionnée par la marionnette, elle se forme dans la compagnie ARKETAL de Cannes. Aujourd’hui comédienne, marionnettiste,  elle se consacre à l’écriture, à la mise en scène et au jeu.


 

Théâtre Au Bout des Doigts

33bis impasse du Dr Delmas

salle Flora Tristan

47000 AGEN

tabdsl@yahoo.fr

www.tabd.jimdo.com

0698013311

Directrice artistique : Sylvie Laurent POURCEL

 

Le Théâtre Au Bout des Doigts vous propose pour cette année 2015-2016 :

Des ateliers à l’année,pour adolescents et enfants(rentrée mercredi 30 septembre)

Des stages pendant les vacances scolaires
Des stages pour adultes(stage Oncle Vania (26 et 27 septembre)
Des ateliers de réalisation Théâtre adultes- adolescents et enfants (enfants à partir de 7 ans)
Stages constructions marionnettes à la table pour adultes et adolescents sur 2 WE
Cours enfants : le mercredi de 17h à 18h30
Cours adolescents : le mercredi de 19h à 20h30
(hors vacances scolaires) DSCN12342015-10-06 23.42.49

Infos et tarifs:

Groupe théâtre enfants (de 10 a 13 ans) du mercredi soir de 17h00 à 18h30 :
Groupe théâtre adolescents (de 12 à 15 ans) du mercredi soir de 19h à 20h30
Ateliers création le 30 septembre (rentrée)
.(calendrier en cours)
– 30 € d’assurance FNCTA (fédération nationale du théâtre d’animation)
Coût des ateliers 120 € / trimestre ou 370 € à l’année
Coût des stages de 4 jours 110€
Coût des stages constuction adulte sur WE 130€

 

Baptiste et la famille POURCEL

 


Revue de Presse
Théâtre Au Bout des doigts, cap sur le Sénégal !

Théâtre Au Bout des doigts, cap sur le Sénégal !

Aurélie Lejeune (deuxième année au Théâtre du Jour) et Moussa Diouf (son compagnon) signent ensemble leur première création jeune public (mise en scène d’Aurélie Lejeune et création musicale de Moussa Diouf) : «Raconte-moi un ngonal», qui sera jouée à la salle Flora-Tristan du théâtre Au Bout des doigts, le samedi 16 et le vendredi 22 avril, à 16h. Le sous-titre du spectacle en dit long «3 contes sénégalais, pour une comédienne et un musicien». Le tout se déroule sur un tapis aux couleurs éclatantes évoquant l’exotisme de la lointaine Afrique, et avec seulement deux voix et quelques instruments, Aurélie Lejeune et Moussa Diouf nous emmènent avec dextérité dans un long voyage vers un pays mystérieux empli de légendes aussi vieilles que le monde… Par ailleurs, le ngonal n’est pas une invention farfelue : en Afrique depuis très longtemps les parents organisent des ngonals, c’est-à-dire des veillées, pour distraire et cultiver leurs enfants à la maison. De la musique, des contes, des chants : de quoi les faire rêver avant de dormir. Le spectacle est né de la rencontre d’une comédienne et d’un musicien, et se veut un moment de partage d’un ailleurs méconnu avec les petits et les grands d’ici et de là-bas.

> Théâtre Au Bout des doigts, 33, impasse du Docteur-Delmas, parking de la clinique Esquirol-Saint-Hilaire, Agen. Durée : 45 minutes. Infos et réservations au 06 82 92 84 05 ou par mail à aurelie.meuz@gmail.com


Agen, banlieue culturelle de Port-au-Prince
Agen, banlieue culturelle de Port-au-Prince

Le 12janvier 2010 la catastrophe transforme Haïti en un charnier à ciel ouvert. Plus de 230000 victimes dans un tremblement de terre qui va émouvoir la planète et abonder de manière conséquence les espoirs d’aide internationale. Arrivera-t-elle ou pas? C’est une autre histoire. Sylvie Laurent-Pourcel fait remonter à 2004 son intérêt pour Haïti, «c’est l’histoire d’une adoption et la découverte d’un pays, d’une culture, d’une envie de création.» Elle était dans Haïti éventrée quelques jours après la catastrophe. «Ce que j’en retiens? La désolation, le drame absolu, mais aussi l’envie des Haïtiens, déjà, d’aller de l’avant et d’exprimer ce qu’ils ont toujours fait, l’amour du beau, de la France…» Sylvie Laurent-Pourcel, par amour de la marionnette, invente en 1994 le «Théâtre au bout des doigts». «Une structure qui par la suite est devenue associative mais qui au départ était une compagnie de théâtre, de contes. J’y ai mis, surtout, mon amour de la marionnette.» Un peu plus tard, du côté de 2005, le vieux garage attenant au premier local du «Théâtre au bout des doigts» deviendra lieu de concert, «c’est la salle Flora Tristan. J’y reçois les spectacles des autres et j’y propose mes propres créations qui tournent souvent autour du jeune public.»

«Un peuple d’artistes»

«J’ai adopté un enfant mais j’ai aussi adopté un pays. Avec Haïti il y a de l’amour, de l’amitié. J’ai apprécié depuis le début la culture vivante que l’on trouve là-bas, malgré les difficultés de la reconstruction. Là-bas, la poésie, le théâtre, les arts font partie de la vie. Les artistes ne sont pas encore reconnus.» La couleur est partout, l’envie de transmettre est partout. «Et l’amour de la France est partout aussi», ajoute Olrich Exantus, artiste peintre mais aussi directeur du département des arts plastiques à l’Ecole nationale des arts (Enarts) à Port-au-Prince, qui se félicite d’avoir croisé un jour l’Institut Français. «Et que dire de la FOKAL, la Fondation connaissance et liberté ? Sa vision est de promouvoir une société démocratique et juste, par le développement de l’éducation, la science, la culture et la communication. FOKAL est une fondation qui a su innover dans l’art, la culture, la communication, la science, l’éducation et le développement communautaire en Haïti. Elle est l’une des preuves tangibles de la reconstruction d’Haïti», ajoute Olrich Exantus en résidence en Lot-et-Garonne. «Il travaille sur ses propres créations» poursuit Sylvie Laurent-Pourcel. «Un travail sur une œuvre qui dit des choses, qui est un acte politique, qui revendique. L’envie de transmettre, l’art comme moyen d’expression, oui, Haïti est un peuple d’artistes pour reprendre les mots d’André Malraux, même si, aujourd’hui, dans un pays en reconstruction, être artiste reste difficile.»«Nos échanges doivent nous conduire à la création à Haïti d’un atelier permanent de construction de marionnettes et de marottes.»

Une histoire commune

Comme dans beaucoup de pays, l’art de la marionnette est une discipline culturelle forte à Port-au-Prince. «Et l’échange que nous construisons désormais vient de connaître un moment important avec la résidence, à Agen, de plusieurs artistes venus à la fois pour créer des marionnettes et mettre au point un spectacle, «La révolte des couleurs». Angela Auguste et Jean-Romuald Pierre quittent le Lot-et-Garonne en fin de semaine. Sylvie Laurent-Pourcel se rendra à Haïti en fin d’année. L’atelier des marionnettes, fruit d’un échange culturel entre les deux pays, n’en est qu’à son début. «J’espère bien que l’aventure aura des suites.» Plus que jamais, Agen est la banlieue culturelle d’Haïti…

Agen. Musiques du monde Au bout des doigts !

Agen. Musiques du monde Au bout des doigts !

Agen. Musiques du monde Au bout des doigts !

 

Ce samedi, à 20 heures , le théâtre Au bout des doigts accueillera deux concerts mêlant musique méditerranéenne et musique de l’Est. Kashkaval et George Send se partageront la scène pour une soirée de haute tenue artistique de musique du monde.Le groupe agenais George Send ouvrira les festivités en première partie. Avec guitares, percussions douces et chants, ce groupe interprétera ses créations, des balades de folk-blues et musiques colorées. Ambiance feutrée et textes touchants au rendez-vous.Puis, la formation tarn-et-garonnaise, Kashkaval, aux influences tziganes, prendra la relève. Ils proposeront une musique puissante et hypnotique, libre, qui commence un peu comme une sérénade amoureuse avec trémolos et sanglots longs pour s’emballer, s’accélérer pour ne plus sembler devoir s’arrêter.Et les musiciens jouent et improvisent jusqu’à ce que la musique trouve son équilibre, son instant de grâce.Kashkaval + George Send en concert, samedi 9 novembre, à partir de 20 heures, théâtre Au bout des doigts, 33 bis, impasse Docteur-Delmas, à Agen.

Entrée libre.

Renseignements : 05.53.47.33.10 ou

tabd47@yahoo.fr

Les évènements de l’été 2013
Nos stages sont désormais en ligne, mis à part celui de théâtre clown du 8 au 11 juillet car il est complet
Cordialement
Sylvie Laurent POURCEL responsable artistique
Joelle FERRER présidente

Pour avoir plus d’informations, cliquez ici

Pour avoir plus d’informations, cliquez ici

Pour avoir plus d’informations, cliquez ici

L’association a organisé la représentation  » Troupe Michel Populaire »
l’association a organisé une « Soirée Feydeau »
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Les pièces :                                                                                                                                                                                     « Les fiancés en herbe » :

René (onze ans) et Henriette (neuf ans) sont à l’étude avec la trop sérieuse madame Schlumann. Il faut apprendre sa leçon. Mais pourquoi au juste ? A partir de cette simple question, les deux enfants vont refaire le monde des adultes et le traverser avec leurs yeux d’enfant. Jusqu’au mariage ? N’est pas grand qui veut…

Henriette : … Et puis, à quoi ça sert-il, les fables ?
René : Ah bien ! Ça vous apprend quelque chose.
Henriette : Ah ! Par exemple, je voudrais bien savoir ce que nous apprend le Corbeau et le
Renard ?
René : Mais cela t’apprend qu’il ne faut pas parler aux gens quand on a du fromage dans la
bouche.
Henriette : C’est que vrai… Oh ! Je n’aurai jamais trouvé ça toute seule… Quelle bonne idée ont eu nos
parents de nous mettre chez la même institutrice… Comme ça, nous travaillons ensemble…
C’est bien plus facile.

« Par la fenêtre » :

Hector Bouchard, avocat de profession, se trouve seul au domicile conjugal. Sa femme est partie fâchée la veille et la domestique a été renvoyée. Car la femme d’Hector Bouchard est très jalouse. Tout aurait bien pu se tasser avec le temps, mais la jalousie est partout et la voisine d’en face (Emma) débarque pour réclamer vengeance envers son mari trop soupçonneux. Jetons un œil par la fenêtre et voyons si la jalousie est un vilain défaut…
Emma (seule, se levant et retournant à la fenêtre) :
Ah ! Monsieur mon mari, vous vous permettez d’être jaloux ! Ah ! Vous accusez votre petite femme quand elle est bien honnête ! Ah ! Vous prétendez que l’on vous trompe ! Eh bien, puisque c’est comme cela, je veux que vous en soyez persuadé, et vous en crèverez de jalousie, et ce sera bien fait ! Et ce sera bien fait ! Et ce sera bien fait !

À la Toussaint le corps et l’objet montaient en scène
Quatre jours de stage sur la thématique de la « table » animés par Alix Soulié, comédienne acrobate professionnelleAu programme : réveil du corps ; jeux et improvisations engageant le corps puis un « partenaire objet » ; jeux d’écriture ; utilisation de la table comme point d’appui ou comme cadre…Réservation obligatoire par téléphone au 06 98 01 33 11 ou 05 53 48 26 89 ; par courriel à tabd47@yahoo.fr ou voir notre site tabd.jimdo.com
Information et programmation …
C’est officiel Sylvie Laurent POURCEL va rejoindre Nehemy PIERRE pour la création qu’ils ont proposée au festival des 4 chemins de Port au Prince. »Le Pays de Rien » de Nathalie Papin.
Ce festival dont vous trouverez les grandes lignes du programme 2011, se déroulera cette année du 26 novembre au 8 décembre 2012.
Un autre projet verra le jour à Port au Prince, un programme de stage de fabrication  sur 4 à 5 jours. Il s’agit du stage que nous appelons « les marionnettes bleus » ce stage de construction marionnette sera mené par Greta Bruggeman de la compagnie ARKETAL.
 L’atelier Cop Arts, dirigé par Ernst Saint Rome , sera l’opérateur partenaire de l’atelier.
Sylvie attend son billet d’avion et doit partir sous peu, souhaitons lui bon voyage et bon travail
Elle se rendra également en Haïti au nom de l’arbre à Chadèques qui accompagne les parrainages scolaires et rencontrera  les enfants parrainés…
Flagrant délit de création artistique
Parrainage Scolaire
L’arbre à chadèques en partenariat avec Le Théatre au bout des doigts, propose à l’achat un spectacle pour Haïti : « Siné et Lina » et autres contes… » (théâtre miniature et marionnettes), écrit par Mimi Barthélémy d’après des contes traditionnels haïtiens.
Nous Pouvons jouer dans votre salon, dans votre jardin, dans votre salle de bain…
Résumé : Lina refuse d’épouser le Soleil puis la Lune et leur préfère Siné kokobe, boiteux au regard empli de clarté…
Contact : 06.98.01.33.11 ou arbachadeque@yahoo.fr ou  tabd47@yahoo.fr

SUD OUEST du 21/02/2012