apprenons 1

Les Confituriades

Président :Francis Martin

06 07 76 77 76

logo mondial de la confiture OK copie.jpg

       En quelques années, les Confituriades sont devenues le plus grand évènement

       mondial autour de la confiture. Le grand Marmandais est le second producteur de confitures en France.

       Si l’on rajoute à la production commerciale l’ensemble de la production domestique,

       notre territoire devient alors le plus gros producteur de confitures de l’hexagone.

Les artisans confituriers de France et les deux entreprises locales, que sont Georgelin et Saint Dalfour, se monopolisent pour exposer leurs innovations et faire gouter leurs meilleurs produits au sein du salon de la confiture.  C’est pendant les Confituriades de Beaupuy que sera désigné champion du Monde  de la confiture dans le cadre du concours international organisé par l’Ordre Culinaire International.

Un concours de Gâteau à la Confiture est organisé pour la première fois cette année afin de désigner le Dessert des Confituriades.

banni--re

Confituriades 8ème édition

 Confituriades 7ème édition

Le week-end du 22 au 23 août 2015 a eu lieu à Beaupuy non loin de Marmande dans le Lot et Garonne, la 7e édition des Confituriades, un concours international regroupant les meilleurs maîtres confituriers du monde, organisé par l’ordre des Maîtres confituriers de France et l’ordre Culinaire International.

[huge_it_slider id= »36″]

Près d’une soixantaine de participants représentants plus d’une douzaine de pays parmi lesquels les USA, la Nouvelle-Zélande, le Canada, l’Allemagne, la Russie, le Japon, la Chine, l’Italie, l’Espagne sans oublier une large participation des régions françaises.

Le trio de tête en matière de consommation de confiture revient à l’Allemagne (n° 1), l’Italie (n° 2)  et la France.Chacun de ces pays représentés à en fonction de sa culture culinaire ou des produits une approche différente de la confiture, gelées ou autres marmelades: plus épicée au Mexique, plus sucrée ici, plus épaisse en Europe centrale… etc.Bernard Jougla, confiturier d’exception

Parmi la crème de ces artisans confituriers, le couseranais Bernard Jougla pour il s’agissait de la première participation. Le thème retenu pour cette compétition était la framboise.Les participants devaient réaliser trois produits à partir de ce fruit. L’Ariégeois a présenté une framboise classique, une framboise vanille bourbon de Madagascar et pour la troisième proposition il s’est tourné vers un autre couseranais, le maitre glacier Philippe Faur qui lui a suggéré une confiture framboise façon pêche Melba (framboises, pêche au sirop et amandes torréfiées).«Je me suis souvenu dans mes souvenirs d’enfance des pêches Melba dégustées à Saint-Girons chez le père de Philippe qui était lui aussi artisan glacier… c’était ma madeleine de Proust !»Des créations gourmandes et des produits exceptionnels qui l’on ont valu le maximum de point. «Je suis un peu déçu, car c’est au niveau du packaging de présentation que j’ai un peu fauté… cela a suffi à un point près pour faire la différence.C’est Stéphane Perrotte est arrivé sur la première marche du podium… mais c’est pour moi partie remise».

[huge_it_slider id= »35″]

Un savoir-faire couseranais reconnu

Dans la confiture depuis plus d’une dizaine d’années, d’abord à la Copyr auprès de Daniel Boudet, il s’installe fin 2012 sa petite entreprise artisanale de fabrication de confiture sur le site de l’ancienne fromagerie 3A à Saint-Lizier.

Dès le départ notre Ariégeois décide de travailler sans produits artificiels (pas de colorant, de conservateur ou autres gélifiants), mais selon un processus jalousement préservé: «nous avons fait le choix de petites quantités pour privilégier la qualité, atteste Bernard Jougla. Nous sélectionnons les meilleurs fruits de saison (toujours des lots de première catégorie), ici tout repose sur une subtile alchimie entre le fruit, la pectine et le sucre. C’est un métier très technique pour trouver le bon dosage il faut longtemps tâtonner».

Le souci du détail et de la qualité à poussé le maitre confiturier à faire usiner des machines spéciales pour arriver à la quintessence du produit.«L’an passé, nous avons eu un lot de mandarines en provenance d’Afrique du Sud (la récolte de juin 2014) qui nous a permis de réaliser un produit d’exception, cette année c’est la framboise» poursuit cet esthète de la marmelade qui depuis 2013 décroche les plus hautes distinctions: entre 4 à 5 médailles d’or chaque année au concours général du Salon international de l’Agriculture de Paris, 3e au Championnat de France en 2014 et second aux championnats du monde 2015. Il est passé à un point près de la plus haute marche du podium!Une belle réussite qu’il partage avec Pascale son épouse en charge de la Recherche et du Développement, du marketing et de la communication. Seul au départ, l’entreprise compte à présent huit salariés pour un chiffre d’affaires d’un million d’euros.«Jamais nous ne sacrifierons la qualité au profit du volume, poursuit Bernard, bien déterminé à rester sur site et à se développer de façon raisonnée.Nous sommes actuellement en travaux, nous refaisons actuellement la production, il s’agit d’un investissement de 450 000 euros». Une évolution rapide, mais qui ne surprend pas notre artisan, car il garde à l’esprit ses objectifs : faire un produit naturel de qualité qui le distingue des autres 650 confituriers installés en France.

Aujourd’hui Bernard avec ses 265 recettes, milite auprès du ministère de l’Agriculture pour créer un vrai diplôme dans ce métier et un concours de MOF (meilleur ouvrier de France).En attendant, il prépare la prochaine compétition, le Championnat de France qui aura lieu à Salouël, en Picardie.Et le grand public pourra retrouver les saveurs gourmandes des «Délices de Pascale» sur le premier site internet spécialisé en ventes privées (vente-privee.com)… de quoi doper le chiffre d’affaires et faire connaitre les produits ariégeois sur la toile.

Confitures et Traditions

Les Délices de Pascale

Pont du Baup à Saint Lizier

Tél: 05 61 66 36 35