apprenons 1

Les coordonnées

BILLON Annie

« Bourgade » 47600 Francescas

05 53 65 40 37

annibillon@wanadoo.fr

apprenons 1

DES RIVES DU NIL AUX RIVES DE LA BAISE, LE LONG CHEMINEMENT DU MELON DE NERAC

Il était une fois ! non il y a bien longtemps : le melon poussait à l’état sauvage près des sources du NIL, descendant les rives du fleuve, berceau de la vie pour les Egyptiens, et, continuant son périple, il est arrivé jusqu’à NERAC. Mais comment est-il arrivé jusque chez nous ? Est-il passé par la GRECE et l’ITALIE, puis dans les bagages des Romains qui l’ont introduit en même temps que la vigne ? les terroirs de l’un convenant bien à l’autre ou plutôt rapporté au moment des croisades, depuis JERUSALEM ? Les moines de CLAIRAC ont bien ramené la prune de DAMAS, devenue notre prune d’AGEN.

A ROME, il a trôné, selon certains, dans les festins de CESAR. Mais si pour l’empire, ce fut la décadence, le melon a toujours conservé sa grandeur. Au 16ème siècle, il est cultivé dans notre région, puisque la famille des ALBRET-NAVARRE le trouve sur sa table à NERAC. Celui qui a incontestablement donné ses lettres de noblesse à notre MELON DE NERAC , est certainement « NOSTE HENRIC ». Comme le dit si bien l’écrivain GASTON BONHEUR, notre roi HENRI IV en était très gourmand et savait les choisir. Il les soupesait, les humait, considérait l’attache de la queue, appuyait discrètement sur le fruit et le reniflait encore avant de le choisir et de le couper. Le Béarnais disait aussi qu’il fallait toujours faire un voeu lorsqu’on mangeait son premier melon. C’est de son père que HENRI IV tenait son amour pour les melons, mais il y rajouta quelques autres goûts. Fleurette, Corisande, et autres gentes dames ne nous démentiraient pas !..

En 1766, nos melons de coteaux étaient déjà réputés, puisque le dictionnaires des cultures signalait que les meilleurs melons étaient ceux cultivés dans les terreforts de nos coteaux de Gascogne. BERNARDIN DE SAINT PIERRE nous dit aussi que si le bon Dieu a fait des côtes au melon, c’est pour le découper en parts égales et le consommer ainsi en famille. Mais dans les années 50/60, de nouvelles perspectives s’ouvrent pour l’agriculture des coteaux du Néracais, avec la vulgarisation de nouvelles techniques de production, l’irrigation, la création de groupes de développement, etc..Le raisin de table ainsi que d’autres cultures sont remplacées par des légumes de plein champ dont le melon que l’on commence à cultiver de façon intensive avec l’introduction de nouvelles variétés. La « halle aux chasselas » devient la « halle aux melons » Trop petite

Elle est bientôt remplacée par une grande halle. Le marché s’organise, avec des négociants privés, des coopératives et la vente par un « marché au cadran »NERAC est maintenant connu dans toute la FRANCE et à l’étranger. NERAC est « la capitale du bon melon » grâce à la qualité de son terroir, au savoir-faire des agriculteurs de notre région, et « LA CONFRERIE DU MELON » est TOUJOURS PRESENTE POUR EN FAIRE LA PROMOTION.

apprenons 1

 34éme championnat du monde des cracheurs de graines de melons

[rev_slider melon]

Comment bien cracher la graine de melon…


Revue de Presse

Une petite graine pour un champion

Baptiste champion 2015, intronisé dans la confrérie du melon de l'Albret./Photo DDM. PG.
Baptiste champion 2015, intronisé dans la confrérie du melon de l’Albret./Photo DDM. PG.

Avec un jet de 9,81 m, Baptiste Crenca a remporté dimanche le concours du meilleur cracheur de graines de melon du championnat 2015. Seulement 65 cm le séparent du recordman du monde invaincu depuis 1997 Pierre le Charentais avec son jet à 10,46 m.

Baptiste étudiant domicilié à Agen, second l’an dernier de ce même championnat, ne compte pas en rester là. Avec le sourire il explique «je reviendrai l’année prochaine, avec de l’entraînement qui sait…».

Un concours qui a vu s’affronter dès 17 heures quelque cinquante personnes venues sur le melodromme briguer ce titre aussi insolite qu’honorifique. Sur le podium la 2e place a été remportée par Sébastien Charras de Lyon avec 7,90 m la 3e par Clément Castan venu de la Corrèze avec 7,65 m. La première féminine sera Élise Dunaud également de la Corrèze avec un jet de 6,33 m.

Entouré de ses copains, le jeune agenais de 20 ans, sous les applaudissements du public a humé, soupesé, goûté et apprécié la fameuse cucurbitacée. Étapes concluantes qui ont conduit à son intronisation dans la confrérie du melon de l’Albret.

Une dégustation du melon particulière

Le public, malgré un temps mitigé, n’a pas boudé, en début d’après-midi, les jeux des rencontres intervillages. Quatre équipes ont relevé les défis : bien entendu Le Frechou, le comité des fêtes de Calignac mais aussi une équipe de touristes de La Rochelle et une de Toulouse. De l’imagination les organisateurs n’ont pas manqué : baby-foot géant, saut pour atteindre une timbale avec bain garanti, dégustation de melons dans un temps limité… Des fous rires, des gamelles dans tous les styles dans la piscine et au final un trophée remporté par l’équipe fréchoulaise.

Trois jours de festivités pour ces fêtes du melon où quelque 800 personnes se sont chaque jour donné rendez-vous.

Annie Billon, de la production à la promotion

 

La présidente Annie Billon (cinquième en partant de la gauche)est à la tête de la confrérie du melon de Nérac depuis dix-huit ans./Photo DDM - M.D.
La présidente Annie Billon (cinquième en partant de la gauche)est à la tête de la confrérie du melon de Nérac depuis dix-huit ans./Photo DDM – M.D.
Le week-end prochain, la confrérie du melon connaîtra un de ses week-ends les plus animés de l’année à l’occasion des Fêtes du vin et du terroir. Rencontre avec sa présidente Annie Billon…

Cela fait dix-sept ans qu’Annie Billon préside aux destinées de la confrérie du melon de Nérac. Une magnifique réussite dans un milieu où les hommes sont majoritaires. Avec sa détermination et sa façon de travailler, Annie a réussi à transmettre son esprit de partage et de convivialité au sein de cette association qui a vu le jour en 1990 «à l’initiative des producteurs de Cadalbret». «René Téloulère a été le premier président de la confrérie», explique la présidente, installée à Francescas.

«Notre but est de promouvoir le melon», lâche-t-elle. ELle garde, en mémoire, la toute première action de la confrérie à sa création. «Nous avions réalisé une tarte géante au melon. Cela se passait au Fréchou. M. Nicole qui était boulanger à Nazarreth avait confectionné la tarte et nous l’avions garni». Et elle n’en oublie pas leur but premier : la promotion de ce produit par tous les moyens.

Tenue correcte exigée

Pour cela, la confrérie mise, d’abord, sur ses tenues de gala. «Au départ, c’était la tenue gasconne. Puis, on a ajouté la cape. Cela fait penser un peu à la feuille du melon», souligne-t-elle avec le sourire. Les hommes et les femmes ont deux tenues différentes. «Elles se marient parfaitement au niveau des couleurs», place-t-elle.

312 intronisations à ce jour

Les intronisations sont, aussi, un moyen de promouvoir ce bon melon de Nérac. Depuis la création de la confrérie, pas moins de 312 personnes ont prêté serment de fidélité. Et le rituel est le même à chaque fois. Annie Billon raconte. «Les intronisés montent sur le podium. On lit leur CV. On leur montre le melon, on leur fait goûter une tranche. Puis, on leur fait lire un serment. Enfin, ils se voient remettre une médaille et un diplôme». Pierre Dagras est le grand «manitou» des intronisations. La présidente, quant à elle, ouvre le chapitre avant qu’un autre membre de la confrérie ne se charge de l’historique du melon. Un cérémonial réglé comme du papier à musique ! Dimanche prochain, à l’occasion des fêtes du vin et du terroir, il en sera de même. Pour l’heure, la présidente ne veut pas dévoiler le nom des intronisés pour garder l’effet de surprise pour ceux qui rejoindront la grande famille.

Quand action rime avec promotion

Jusqu’à l’an dernier, Annie Billon était productrice de melon. «A 66 ans, il est temps que je pense à prendre ma retraite», confie-t-elle. Cela lui laisse du temps pour les nombreuses sorties qu’effectue la confrérie au cours de l’année. «Les sorties sont nombreuses, presque tous les week-ends pour aller promouvoir le melon», confesse-t-elle «on tient des stands, on fait connaître les produits». L’an dernier, par exemple, ils étaient présents à Buzet-sur-Baïse pour le passage du Tour de France. «Cela restera un grand souvenir malgré le temps exécrable qui nous avait accompagnés tout au long de la journée», précise la bénévole associative.

35 e champion du monde

L’autre temps fort de la confrérie est pour le 15 août avec le championnat du monde de cracher de pépin de melon qui se tient sur la commune du Fréchou. Cette année sacrera le 35e champion du monde ! Des moments de grande convivialité auquel participent habitants de l’Albret et touristes. «Et nous intronisons chaque année le champion du monde», conclut-elle. De la production à la promotion, Annie Billon a tout connu. «Parfois, j’aimerais bien passer la main s’il y avait des volontaires», conclut-elle. Et de profiter pleinement d’une retraite amplement méritée au pays du melon bien entendu….

Les cracheurs de graines de melons au centre du monde

La piste du melodrome sera ouverte à tous les amateurs./DDM. PG
La piste du melodrome sera ouverte à tous les amateurs./DDM. PG

 Le 24 août, sa majesté Melon, Roi Soleil des fêtes du Fréchou, sera à l’apogée de son règne avec le 34e championnat du monde des cracheurs de graines de cette belle cucurbitacée. Un championnat unique, «en direct du centre du monde», preuve à l’appui, dixit le maire Pierre Dagras.

Record à battre 10,46 m

Dimanche, dès 17 heures, les candidats afflueront pour tenter de remporter le fameux titre et accéder à la première marche du podium. Piste du melodrome installée, pavillon olympique aux anneaux de melon hissé, ingénieur des mesures armé de son décamètre, le concours pourra débuter.Torse bombé, prise d’élan, joues gonflées… à chacun sa technique. Avis aux amateurs, les organisateurs vous invitent sur la piste du melodrome et pourquoi pas pulvériser le record des 10,46 m !Incontournable de la manifestation, le médaillé d’or du jour sera intronisé dans la Confrérie du melon de Nérac.

 

 

La confrérie du Melon mûrit et prospère

Publié le 03/08/2014

La Confrérie a défilé en tenue de cérémonie aux côtés d'Henri IV./ Photo DDM, M.D.
La Confrérie a défilé en tenue de cérémonie aux côtés d’Henri IV./ Photo DDM, M.D.

Avec les costumes vert et orange et leur bannière ornée d’une cucurbitacée néracaise, impossible de manquer la confrérie du melon dans le défilé d’hier soir.

Huit nouveaux membres

Ce matin, la société melomane sera encore à l’honneur des festivités avec l’intronisation de 8 nouveaux confrères face à un parterre d’homologues défendant d’autres produits de toute la France. Après Jean François-Poncet, Jean Dionis ou encore Nicolas Lacombe, la rumeur veut que ce soit au tour de Pierre Camani, sénateur et président du Conseil Général, de porter les couleurs du melon néracais dans les assemblées politiques. Mais si les membres d’honneurs sont toujours bien accueillis, la Confrérie du Melon de Nérac a surtout besoin de forces vives et les sept autres reçus ne seront pas là pour faire de la figuration. «Cette année, nous étions une quinzaine, mais on a perdu deux membres», regrette Annie Billon, la présidente du groupe.

 

Besoin de représentation

Pourtant, il faut du monde pour défendre les vertus du melon néracais dans la vingtaine de déplacements qu’effectue chaque année la Confrérie dans l’Hexagone. «Il n’y a même pas besoin d’être producteur», explique Jean-Paul Chiarandini, membre et ancien agriculteur. «Nous sommes là pour représenter le melon néracais, parce qu’on entend parler de ceux de Cavaillon ou de Lectoure, mais jamais de celui de Nérac.» Le nom de sa variété, la Charentaise, et l’absence de signalement sur les étals des supermarchés ne contribuent pas à sa renommée. Or, chaque année ce sont plus de 10 tonnes de melon de Nérac qui sont produites dans le département. Un résultat dû aux efforts des agriculteurs qui croient en la qualité de leur produit malgré les difficultés financières : «Les cours sont toujours au même prix qu’il y a 20 ans, mais les coûts de productions ont triplé», s’alarme Jean-Paul Chiarandini. «Pour un melon vendu 1,50 €, l’agriculteur ne récupère que 30 cts.» Pourtant il l’assure : «Nous avons un excellent produit cette année qui est une bonne année avec de très bonnes conditions climatiques.»


34e Championnat du monde des cracheurs de graines de melon

La confrérie du Melon sera bien évidemment au rendez-vous, le dimanche 24 août, pour le 34e Championnat du Monde des Cracheurs de Graines de Melon.

Depuis 1977, cette compétition insolite attire plusieurs milliers de personnes dans la petite commune du Fréchou. Certains tentent de remporter le titre et même de briller au cœur du Mélodrome en pulvérisant le record établi à 10,46 m.

La confrérie du melon prépare l’été

Publié le 27/07/2014

Porter haut les couleurs du terroir, objectif de la confrérie. Photo DDM. PG
Porter haut les couleurs du terroir, objectif de la confrérie. Photo DDM. PGRéunion studieuse pour les membres de la confrérie du melon néracais, présidée par Annie Billon, réunis en assemblée mardi au Fréchou afin de préparer les festivités de l’été.

Promouvoir le melon de Nérac est un objectif encore et toujours à développer. Pour cause, ce produit perd du terrain sur les étals. Pierre Dagras, membre de la confrérie donne en exemple l’appellation melon charentais trompeur pour le consommateur car issu de la production locale et non de la Charente. Si la participation à diverses fêtes du terroir ou foires s’inscrit dans cette démarche de promotion, le souhait de trouver d’autres créneaux s’imposent pour les membres de la confrérie. Appel est lancé aux restaurateurs locaux : le melon à consommer de l’entrée au dessert est un slogan que la confrérie privilégie. Et pourquoi pas un menu dégustation autour du melon pour les fêtes comme le suggère la présidente.Les dernières mises au point pour la préparation du 14ème chapitre des fêtes de Nérac ont suivies. Plus d’une trentaine de confréries ont répondu favorablement pour défiler dans les rues néracaises sans oublier les intronisations dans la confrérie du melon.Au programme également de la réunion la 38ème fête du melon les 22 ,23,24 août au Fréchou avec l’incontournable championnat du monde des cracheurs de graines de melons et un programme détonnant durant les trois jours.Pour conclure la présidente a fait appel à toutes les bonnes volontés qui souhaiteraient intégrer la confrérie et porter haut les couleurs du melon néracais (contact 05 53 65 40 37).

 

 

l’association a organisé la journée des conféries

 

assemblée générale du début 2013

 

19 août 2012, des pépins pour le championnat…