apprenons 2

Sylvie Colléecertificat d'excellence Tripadvisor-Grotte de Lastournelle 001

Gérante de la Grotte de Lastournelle

47300 Sainte Colombe de Villeneuve

+33 (0)5 53 40 08 09

+33 (0)6 63 88 90 60

contact@grotte-de-lastournelle.fr

www.grotte-de-lastournelle.fr

grotteA Sainte-Colombe de Villeneuve dans le Lot-et-Garonne, au coeur d’un écrin de verdure et de ciel bleu, la grotte de Lastournelle est une « perle d’Aquitaine ».La grotte est entièrement naturelle et encore en activité. Elle a débuté, il y a plus de 25 millions d’année, à la fin de l’ère tertiare, et depuis ne cesse de se parer d’une infinité de stalactites, stalagmites, draperies, colonnes et autres concrétions de calcite.

La grotte permet de mieux comprendre la géologie particulière de cette partie de Lot-et-Garonne appelée « Pays de Serres ».

La grotte de Lastournelle a été découverte en 1878 grâce à des fermiers qui creusaient un puits pour trouver de l’eau, ils n’ont pas trouvé d’eau mais une merveille souterraine.La grotte de Lastournelle se situe à Sainte Colombe de Villeneuve dans le Lot-et-Garonne.

Nous nous trouvons entre Agen et Villeneuve-sur-Lot :

-pour venir depuis Villeneuve-sur-Lot, prendre la direction Pujols puis suivre nos panneaux.

-pour venir depuis Agen, prendre la direction La Croix-Blanche puis suivre nos panneaux.

[huge_it_slider id= »2″]

 


Grotte de Lastournelle 1955-2015

 

60 ans déjà que mes grands-parents, Joseph et Maria Brys, ont découvert l’entrée de la Grotte de Lastournelle. Grâce à eux, une aventure familiale a commencé pour faire découvrir et protéger ce patrimoine naturel hors du commun.  Pour célébrer cet événement, un nouvel aménagement a été mis en place dans la grotte pour mieux apprécier la plus grande salle de la grotte, un grand espace souterrain de 6 mètres de haut et 20 mètres de long.

 

 

 

De nouveaux jeux extérieurs ont été créés pour pouvoir passer un moment agréable aussi dans notre beau parc arboré:

– jeu de la Chauve-souris (jeu de l’oie géant)

– jeu de Lastournelle (jeu de piste)

Un panneau explicatif sur le bélier hydraulique, que vous pourrez voir en fonctionnement à l’exsurgence de la source.


 13653358_1067790736591112_5906894234129894017_o

Juillet et août

Les mardis et jeudis animations et ateliers en français

Les vendredis animations en néerlandais

 

dragon

P’tite aventure spéléologique

 

Chasse au trésor dans la grotte non éclairée.

Répondez aux questions relevez les défis et les enfants pourront se partager le trésor de la Grotte de Lastournelle

Animation ludique et instructive.

Tous les mardis et jeudis de juillet et août à 11h.

Tarif 6€/participant (à partir de 4 ans).

Réservation obligatoire au 06 63 88 90 60

 

Atelier Apprentis Paléontologues

Découvrez le métier de paléontologue et de son rôle dans les grottes. Avec un animateur, vous apprendrez à fouiller avec le matériel et les techniques des chercheurs.

L’animateur adapte l’atelier à l’âge des participants.

Tous les mardis et jeudis de juillet et août à 14h.

Tarif 6€/participant (à partir de 4 ans).

Réservation obligatoire au 06 63 88 90 60

 

 

 

 

fée

Balade fantastique

Histoires, contes, jeux sur le thème du monde souterrain dans le lieu idyllique de la grotte de Lastournelle.

mammouth

Chasse préhistorique

 

Découvrez des animaux préhistoriques du Sud-Ouest.

Il y aura bien entendu aussi des animaux dont les ossements ont été retrouvés dans le Lot-et-Garonne et même dans la Grotte de Lastournelle.

Animation tout au long de la grotte : jeux, énigmes…

Ludique et instructif !

père noël

Voyage sous les continents

Grâce à la magie de la grotte de Lastournelle, vous voyagerez sous les différents continents et un elfe vous fera découvrir les fêtes de fin d’année qui ont lieu dans le monde.

Un chocolat chaud vous sera offert dès votre retour en France

sorcière

Expédition drôlement monstrueuse

 

Halloween insolite dans le Lot-et-Garonne !

Venez rencontrer sorcières, trolls, chauve-souris tout au long de la grotte de Lastournelle (histoires, blagues, potion magique…)

Personne sensible ne pas s’abstenir, vous allez frémir de plaisir.

Sorcière offrira une de ces boissons à toute personne venant déguisée.

dahu

Chasse au Dahu 

Les dahus sont revenus.

Jeux et énigmes tout au long de la grotte de Lastournelle.

Un goûter de chasseurs sera offert si un dahu est attrapé.

cartable

Ecole en pleine nature

Accueil pédagogique adapté aux différents cycles de l’école maternelle et primaire.

Découverte du monde souterrain naturel, importance du rôle de l’eau, calcaire et temps.

Flyer Grotte de Lastournelle recto

 

Flyer Grotte de Lastournelle verso

Visite

 
  45 minutes de visite pour découvrir le monde souterrain naturel.

 La grotte est composée de 7 salles :

-salle du puits

-salle ratopenado

-salle ronde

-salle des colonnes

-salle Marboutin

-salle de la statue

-salle de la source

 

L’aménagement de la grotte respecte le lieu naturel et permet une visite agréable et facile (sauf handicap important).

 

Jours d’ouverture

De janvier  à mars :

Sur rendez-vous au 05 53 40 08 09 ou contactez-nous par mail

 Février :

Dimanche 15 févier à 15h30

Mercredi 18 février à 15h30

Dimanche 22 février à 15h30

Mercredi 25 février à 15h30

Mars 

Dimanche 1er mars à 15h30

En avril :

Tous les jours, visite à 15h30, 

Ou sur rendez-vous, n’hésitez pas à appeler au 05 53 40 08 09

En mai :

Tous les jours, visite à 15h30, 16h30

 En juin :

Tous les jours, visite à 15h30, 16h30

 En juillet et août :

 Ouvert tous les jours de 10h à 18h

 

Tous les matins 

Nouveau ! Osez les visites authentiques dans la grotte non éclairée (nous prêtons les lampes de poche).

Ressentez les impressions des spéléologues, en toute sécurité, dans une grotte aménagée.

 

Tous les après-midis

Visite traditionnelle dans la grotte éclairée.

 

 

Tarifs

Visite guidée traditionnelle

Adulte : 7 euros

Enfant : 4,50 euros

 

Animation ou Atelier 

Tarif unique : 6,50 euros par participants (cliquez ici)

 

Animation « P’tite Aventure Spéléologique » + atelier « Apprentis Paléontologues »

Tarif unique : 11 euros par participants

 

Groupe 

Nous contacter par téléphone au 05 53 40 08 09 ou par mail

 Nous acceptons les cartes bancaires et les chèques vacances, et la monnaie locale Abeille.


24 avril 2015

LA FEMME DANS LA SOCIÉTÉ SAHARIENNE PRÉHISTORIQUE

LA FEMME DANS LA SOCIÉTÉ SAHARIENNE PRÉHISTORIQUE

Les questions liées à la place qu’occupait la femme dans la société saharienne préhistorique et son rôle sont longtemps restées subsidiaires, voire mises à la marge par le plus grand nombre des travaux archéologiques. Si les fouilles scientifiques livraient peu d’éléments qui permettaient d’attribuer avec une certaine exactitude une tâche à l’un des deux sexes, l’art rupestre, lui, peut fournir aux chercheurs des éléments déterminants pour faire valoir la place de la femme saharienne dans son environnement.

Mais comment les chercheurs peuvent-ils distinguer la femme de l’homme dans des dessins qui datent de plusieurs milliers d’années ? Quelles sont les méthodes employées pour arriver à connaître le rôle de la femme saharienne restée dans l’ombre depuis la période préhistorique ? Hassiba Safrioun, maître assistante à l’Institut d’archéologie de l’université Alger 2, détient les réponses à ces questions. Cette chercheure travaille depuis 6 ans sur un projet de recherche, qui a pour thème : l’image de la femme dans l’art rupestre saharien. «C’était le thème sur lequel j’avais travaillé pour l’obtention de ma licence. Je l’ai également retenu pour mon magister, et maintenant pour ma thèse de doctorat», relate la chercheure. Elle explique par ailleurs que l’art rupestre recèle des messages, souvent difficiles à interpréter.

Et dans certains dessins, il est même compliqué d’identifier les figures dessinées sans les moyens adaptées. Aujourd’hui, l’art rupestre réclame l’intégration de différentes branches de la médecine dans les travaux de recherches archéologiques pour arriver à des conclusions plus claires et des résultats plus fiables et précis. «Mon travail de recherche est axé sur l’image de la femme dans l’art rupestre saharien. Il y a lieu de noter que c’est la première étude académique qui met en lumière la place de la femme dans la société saharienne préhistorique. La particularité de cette recherche consiste à faire associer la médecine, plus particulièrement la gynécologie obstétrique, l’anatomie et la neurologie dans l’interprétation de certaines gravures et certains dessins.

La complexité des peintures et gravures rupestres m’a incitée à solliciter l’aide de ces spécialités afin d’arriver à des résultats plus précis concernant la culture et le rôle sociétal de la femme dans la société saharienne préhistorique à travers l’art rupestre saharien», explique Mme Safrioun. La spécialiste fait savoir qu’il est très difficile pour un chercheur de déceler le message véhiculé dans un dessin rupestre (peinture ou gravure). Le défit est encore plus grand dès qu’il s’agit de distinguer l’image de la femme de celle de l’homme.

Car, dans la majorité des cas, il n’existe aucun signe morphologique et anatomique dans l’art rupestre indiquant qu’il s’agit bien d’une silhouette féminine. «Quelquefois, les formes féminines sont totalement absentes. A l’aide des données que nous fournissent les spécialistes en gynécologie obstétrique et ceux en anatomie et en neurologie, nous avons pu créer une base de données et de références qui va nous permettre de distinguer avec fiabilité et plus de certitude le sexe d’une figure rupestre», enseigne-t-elle.

Des résultats plus fiables

C’est la première fois qu’on met au grand jour la position de la femme dans la société saharienne préhistorique grâce à une étude académique de l’art rupestre fondée essentiellement sur une approche scientifique. L’art rupestre n’a jamais été considéré auparavant — comme l’indiquent certains livres — en tant que vestige digne d’attention et d’estime.

Selon la chercheure, jamais une approche scientifique se focalisant sur la femme n’a été appliquée dans les travaux archéologiques en Algérie. «Il convient de préciser que cette approche a été adoptée auparavant par le médecin gynécologue et préhistorien français Jean Pierre Duhard dans son travail de recherche sur les Vénus en 1993. En effet, grâce au travail de M. Duhard, on a pu comprendre que la forte corpulence des figurines de ces femmes préhistoriques représentait la fécondité et non pas l’opulence.

De mon côté, j’ai recouru à la même approche, grâce à laquelle je suis parvenue à élaborer une base de données très fiable et très scientifique en intégrant bien évidemment les caractéristiques et les critères spécifiques à l’art rupestre saharien», instruit-elle en ajoutant que M. Duhard a pu lire grâce à son approche non seulement le sexe du sujet, mais aussi son histoire biologique et physionomique — l’âge de grossesse, si le sujet (la femme est omnipare ou multipare : c’est-à-dire si elle a fait plusieurs grossesses ou une seule), si elle a allaité ou pas (selon la forme des seins), etc.

Dans ces peintures qui ornent les rochers sahariens, l’image de la femme est particulièrement spécifique. Sa corpulence est différente à celle de la femme occidentale. Le corps de la saharienne est fort, robuste, musclé et ses formes sont parfois inexistantes. Par exemple, on retrouve des peintures où la femme est mise dans des scènes de chasse, et sans cette nouvelle approche l’erreur est quasi assurée. Sachant que dans les anciennes bibliographies la chasse et la danse sont des activités qui étaient attribuées exclusivement à l’homme.

Or, des femmes étaient bien présentes sur ces peintures. «On y trouve aussi des scènes de différentes positions d’accouchement chez les femmes sahariennes — proto-Berbères installés au Sahara il y a de cela 3000 ans dans le Tassili et le Hoggar. Les dessins nous permettent également de connaître le rôle de la femme dans la vie politique, dans les relations sociales ainsi que dans la vie religieuse de l’époque préhistorique», précise Mme Safrioun. Elle explique par ailleurs que même si la recherche archéologique a donné l’occasion aux chercheurs de reconstituer la vie matérielle des sociétés du temps passé, il est par contre impossible de déterminer leurs tâches quotidiennes.

C’est pourquoi l’art rupestre avec ses différentes techniques de peintures et de gravures est considéré comme étant une fenêtre ouverte sur le passé social, politique, spirituel et rituel de ces populations. «Seul l’art rupestre nous permettra de relater le vécu de ces sociétés. C’est le Hollywood de la préhistoire», ajoute-elle. Une fois que le chercheur arrive à établir la distinction entre l’image de la femme et celle de l’homme, il entame alors son enquête sur le rôle de ces figures minutieusement tracées sur les rochers du grand Sahara. «Lorsqu’on arrive à déterminer les images de la femme saharienne, on aura donc la possibilité d’attribuer avec fiabilité son rôle dans sa société.

A ce moment-là, surgira une foule de questions restées longtemps sans réponses : est-ce que la femme saharienne pratiquait la chasse ? Jouait-elle un rôle dans la vie politique ou pas ? Quelle était sa place dans la société ? La culture matriarcale qui existait un peu partout dans le monde dans la période néolithique est-elle arrivée dans la région saharienne ? Et le matriarcat qui domine actuellement la société targuie est-il un héritage de la préhistoire ? L’art rupestre répondra certainement à toutes ces questions», soutient Mme Safrioun.

Par ailleurs, la chercheure indique que l’art rupestre saharien est passé par quatre périodes différentes datant de 10 000 ans à 1500 ans : la première période est celle des têtes rondes. On remarque dans ces représentations que la tête des êtres humains est symbolisée par un cercle. Ensuite vient la période bovidienne caractérisée par des scènes de troupeaux de bœufs, des scènes de chasse et l’émergence de l’activité pastorale. La période caballine, quant à elle, est marquée par le l’abondance des images de chars tirés par des chevaux.

A cette époque, la région a connu un changement climatique important : la désertification. Et, enfin, la période des camélidés caractérisée par des représentations de chameaux. «La femme est présente dans l’art rupestre appartenant aux quatre périodes. Sa physionomie, sa place, son rôle et même ses habits diffèrent d’une période à l’autre. La femme occupait-elle une place importante dans son environnement ? C’est ce que je tente de savoir à travers cette étude basée sur une approche scientifique en conjuguant des spécialités différentes pour briser enfin le mystère de l’art rupestre saharien», conclut la chercheure. Dans ce type de recherches, ce sont les sciences humaines qui sollicitent les sciences exactes.

Aujourd’hui, les sciences humaines font appel à divers domaines de la science dite technique pour acquérir plus de précision et de rigueur dans l’interprétation des choses. Aussi, elles s’appuient sur des outils informatiques pour faciliter l’accès à toutes les données indispensables à la recherche. Et cela pourra permettre aux chercheurs de déconstruire ce présupposé qui assigne à la femme des tâches limitées seulement aux soins des foyers et des enfants, alors que depuis l’antiquité la femme était déjà l’égale de l’homme.

LA FEMME DANS LA SOCIÉTÉ SAHARIENNE PRÉHISTORIQUE

Revue de Presse

JOUER À L’APPRENTI SPÉLÉOLOGUE À LASTOURNELLE

 
Quarante-cinq minutes à travers les salles de Lastournelle./Photos DDM J.S.

Située sur la commune de Sainte-Colombe-de-Villeneuve, la grotte de Lastournelle permet de mieux comprendre la géologie du département.

Sur un terrain datant de plus de 25 millions d’années, une rivière souterraine vint creuser une belle galerie qui ne cesse, depuis, de se parer d’une infinité de stalactites, stalagmites, draperies, colonnes et autres concrétions de calcite.

Découverte en 1878 grâce à des fermiers qui creusaient un puits pour trouver de l’eau, la grotte de Lastournelle offre l’opportunité de mieux comprendre la géologie particulière de cette partie du Lot-et-Garonne appelée «pays de Serres».

Les quarante-cinq minutes de visite permettent de découvrir le monde souterrain naturel à travers sept salles : le Puits, Ratopenado, Ronde, les Colonnes, Marboutin, la Statue et la Source. L’aménagement de la grotte respecte le lieu naturel qui se parcourt de manière agréable et facile (sauf handicap important).

En juillet et en août, des visites matinales sont aussi organisées dans la grotte non éclairée, à la lueur des seules lampes de poche (prêtées par l’équipe du site). Un moyen original de ressentir les impressions des spéléologues, en toute sécurité, dans un lieu d’exception.

A Sainte-Colombe-de- Villeneuve. En juillet et août, tous les jours de 10 heures à 18 heures.

Tarifs : de 4,50 € à 7 €. 05 53 40 08 09.

www.grotte-de-lastournelle.fr

Lastournelle prend un coup de jeune

60 ans après son grand-père Joseph Brys, Sylvie Collée est heureuse de reprendre le flambeau.

60 ans après son grand-père Joseph Brys, Sylvie Collée est heureuse de reprendre le flambeau.

La grotte de Lastournelle, 60 ans après la découverte de son entrée, connaît un nouveau souffle depuis l’an dernier avec la reprise de l’affaire par Sylvie Collée, l’actuelle propriétaire et guide du site géologique. Cette ancienne enseignante a décidé d’abandonner son emploi pour se consacrer entièrement à cette affaire familiale. Pour cela, elle a suivi un stage au CNRS du Moulis pour y apprendre le métier. Cela lui permet de bien mener la visite pendant 45 minutes durant lesquelles le visiteur peut admirer les sept salles consécutives, le travail de l’eau au fil du temps et de la grotte. La guide veille avant tout à faire travailler l’imagination. Ainsi, elle présente des sculptures naturelles, des stalagmites, des stalactites ayant des formes particulières, comme une immense «mâchoire de dragon», une stalagmite qui semble être la «vraie tour de Pise», des draperies, des grains de riz…

Animations et aménagements

Tout au long de l’année, Sylvie Collée propose des animations ludiques et variées ciblées sur un public familial. Par exemple, ce lundi 25 mai aura lieu l’animation «Les Cavernicoles» qui propose à travers des expériences sensorielles de découvrir la faune qui habite dans la grotte. De même, en juillet et en août, les visites matinales seront éclairées par la seule lueur de lampes torche afin d’apprécier différemment la visite, comme si «on découvrait la grotte», tandis que l’après-midi un éclairage plus important permet d’observer les moindres détails. Les mardis et jeudis matin en été, sont organisées des chasses au trésor et les après-midi sont proposés des ateliers de découverte du métier de paléontologue. De nouveaux aménagements ont été réalisés, la mise en place d’un escalier dans la plus grande salle notamment, mais aussi des jeux extérieurs et des panneaux explicatifs. Sans oublier un nouveau snack-bar qui vient s’ajouter à la boutique et à l’espace pique-nique déjà présents. Des promenades sont également organisées dans les environs. Le club de spéléologie d’Agen vient souvent sur le site afin d’explorer la partie encore non connue de la grotte, montrant définitivement que Lastournelle est une grotte rajeunie et bien vivante.

Renseignements et tarifs sur le site www.grotte-de-lastournelle.fr


Une affaire familiale

Bien que la grotte ait été découverte en 1878 par M. Annat lorsqu’il creusa un puits, c’est bel et bien en 1955, soit il y a 60 ans, que les propriétaires Joseph et Maria Brys, les grands-parents de l’actuelle gérante, découvrent l’entrée de la grotte et décident alors de l’ouvrir au public. Ils conservent cependant leur métier d’agriculteurs. En 1987, Thérèse Crozat, leur fille, reprend l’affaire désormais familiale avant que Sylvie Collée sa propre fille ne reprenne le flambeau en 2014.

En 2014, la grotte de Lastournelle a reçu 8 000 visiteurs, soit 20% de plus qu’en 2013. L’année 2015 s’annonce prometteuse.

Biospéléologie dans la grotte de Lastournelle

Biospéléologie dans la grotte de Lastournelle
Les samedi 11 et dimanche 12 avril, auront lieu les journées nationales des grottes touristiques. A cette occasion, la grotte de Lastournelle proposera des visites sur un thème peu connu «La Faune des grottes, biospéléologie dans la grotte de Lastournelle». Le monde souterrain semble peu propice à la vie, pourtant de nombreux animaux y vivent.
Les 11 et 12 avril, de 14 h 30 à 17 h 30, les visiteurs bénéficieront d’une visite spéciale qui leur fera découvrir cette faune étrange qui vit dans la grotte de Lastournelle, faune répertoriée l’an passé par le Groupe agenais de spéléologie. De plus, le dimanche 12 avril, de 14 h 30 à 17 h 30, Ruben Centelles, membres du groupe agenais de spéléologie, sera présent pour répondre à toutes les questions des visiteurs sur ces animaux étonnants!
Tarif de la visite classique : 7 € par adulte, 4,50 € par enfant. Une partie des bénéfices sera réservée à l’association «Les Enfants de la Lune».
À noter que le parrain de ces journées nationales des grottes touristiques et Pierre Rabhi, agriculteur, écrivain et penseur français d’origine algérienne.
«Les cavernicoles». D’autre part, pendant les vacances d’avril et les jours fériés du mois de mai, aura lieu une nouvelle animation, «les cavernicoles. Le professeur Spéléodingo fera découvrir aux grands et aux petits ces animaux qui vivent dans les grottes et ceux plus particulièrement que l’on trouve dans la grotte de Lastournelle. Explications et jeux tout au long de la grotte, travaux pratiques à l’extérieur de la grotte. Tarif unique : 6 € par participant. Réservation obligatoire au 06 63 88 90 60.
La grotte de Lastournelle est ouverte tous les jours depuis le 1er avril jusqu’au 30 juin. Visite à 15 h 30. Tarif : 7 € par adulte, 4,50€ par enfant de 4 à 14 ans. Tél. 05 53 40 08 09 ou 06 63 88 90 60.
La Dépêche du Midi

 


 

article petit bleu 24-08-14 001

Lastournelle : le trésor caché

Publié le 28/07/2014 

Sainte-Colombe-de-Villeneuve (47)

La grotte de lastournelle à sainte-Colombe-de- Villeneuve :
 

Le Lot-et-Garonne recèle de trésors cachés : les grottes. Avec celle de Lastournelle, située à Sainte-Colombe de Villeneuve, vous pourrez admirer, Lors des 45 minutes de visite, le travail de l’eau passé et présent. Une rivière souterraine creusa la cavité, dont une salle de 6 mètres de hauteur et 20 mètres de long puis cette rivière s’enfonça, elle coule maintenant sous la grotte, vous pourrez l’apercevoir dans la dernière salle, elle est maintenant toute fine mais encore active. Puis l’eau de pluie entra en action en traversant le sol et en se chargeant de calcaire, quand cette eau arrive dans la grotte, elle se dépose goutte après goutte et forme des sculptures naturelles : les stalactites, stalagmites, draperies, colonnes…

Dans les 7 salles qui composent la grotte, vous verrez des concrétions étonnantes de toutes formes et de toutes tailles, le résultat d’un long travail de l’eau et du temps qui continuent encore actuellement.

Le matin en juillet et août, osez des visites guidées authentiques, au plus près de l’ambiance naturelle, dans la grotte éteinte. Vous découvrirez la grotte à la lampe de poche, vous pourrez ressentir les impressions des spéléologues en toute sécurité dans une grotte aménagée. Les après-midi, les visites guidées se font avec l’éclairage.

La p’tite aventure spéléologique. C’est une chasse au trésor dans la grotte non éclairée, à la lampe de poche. Relevez les défis, répondez aux énigmes et vous pourrez vous partager le trésor de la grotte de Lastournelle. Le lundi, mardi et le jeudi à 11 heures (du 10 juillet au 26 août) Réservation obligatoire au 06 63 88 90 60

L’atelier apprenti paléontologue pour découvrir le métier de paléontologue et leur rôle dans les grottes. Vous pourrez vous essayer aux techniques de fouilles grâce à un mini-chantier à l’extérieur de la grotte. Tous les jours de juillet et août à 14 heures.

Tarif animation ou atelier : 5,50 € par personne (à partir de 4 ans). Un snack-bar, une boutique, des jeux extérieurs, une balade boisée, des tables de pique-nique se trouvent sur le site pour que vous puissiez passer un agréable moment.

Revue  de presse